世界のヒバクシャはいま

核兵器と原子力による被爆者・被曝者の権利回復運動についての情報サイト

 

COMMUNIQUÉ – Pourquoi nous n’irons pas au Deuxième colloque international sur les conséquences des essais nucléaires français au Sahara algérien

Jusqu’à la dernière minute (le 17 à 20:00, heure japonaise), nous avons espéré recevoir une réponse à notre courriel du 15 février demandant pour la énième et dernière fois un billet en classe affaires pour Mme Bun (Fumiko) Hashizume, irradiée à Hiroshima, poète et auteure du livre Le jour où le soleil est tombé… J’avais quatorze ans à Hiroshima (Editions du Cénacle de France, Lille, 2007), et invitée par le gouvernement algérien pour le Deuxième colloque international sur les conséquences des essais nucléaires français au Sahara algérien. Nous attendions une réponse ―favorable ou défavorable―, mais une réponse. Rien ne nous était parvenu à 20:00, ni le billet en classe affaires de Mme Hashizume.

Le gouvernement algérien après nous avoir longtemps fait attendre, nous avait mis en effet devant le fait accompli : un billet en classe économie pour Mme Hashizume qui avait demandé en 2009 au gouvernement qui l’invitait, un billet en classe affaires en raison de son grand âge, mais surtout d’une opération récente et d’un cancer qui ne lui permettent pas de voyager en classe économie. Il convient d’ailleurs de préciser que Mme Hashizume n’appartient à aucune organisation qui puisse prendre son billet en charge.

Le gouvernement algérien a considéré qu’une place en classe économie dans une rangée où elle pourrait étendre les jambes, était suffisant.

Ce problème du billet peut sembler minime, mais nous voyons là une profonde négligence, pour ne pas dire du mépris, pour les droits des irradiés. Comment a-t-on pu considérer sans importance les risques d’aggravation de l’état de santé de Mme Hashizume? Qu’un gouvernement qui invite des personnes irradiées pour parler du manque de reconnaissance de leur état de santé, de l’indifférence dans laquelle ces personnes essaient de faire reconnaître leurs souffrances, que ce gouvernement ne respecte pas la nécessité de protéger la santé d’une personne qu’il a invitée à témoigner, voilà qui donne à douter du réel intérêt du gouvernement algérien pour les irradiés.

Le 18, on nous a fait savoir par personne interposée, que la venue de Mme Hashizume, puisqu’elle posait problème, n’était plus nécessaire, et que les deux autres membres qui devaient l’accompagner étaient seuls attendus à Alger. Cette proposition que Mme Hashizume, invitée principale du gouvernement algérien parmi la délégation japonaise et qui avait tant espéré aller en Algérie pour encourager les victimes des essais nucléaires français, soit laissée au Japon parce qu’elle «reviendrait trop cher» au gouvernement algérien à cause de tous ses problèmes de santé susceptibles d’être causés par l’irradiation, nous renforce encore dans notre décision.

Malgré notre désir de participer à la conférence pour laquelle nous avons fait des préparations pour informer les autres victimes irradiées de la nouvelle politique du gouvernement japonais en faveur des irradiés, un nouvel acquis que nous avons obtenu au bout de longues luttes juridiques et de négociations avec notre gouvernement, nous avons naturellement et sans hésiter décidé de donner la priorité à la santé de Mme Hashizume.

Parce que nous refusons qu’une victime irradiée soit victime d’une conférence censée soutenir les droits des irradiés, la délégation japonaise ne se rendra pas à Alger.

Enfin, nous voudrions souligner que notre absence au colloque d’Alger n’affecte en aucun cas notre solidarité avec les victimes des essais nucléaires français en Algérie, en France métropolitaine et en Polynésie. La «solidarité» dont nous parlons ici n’est pas sans contenu, car leur lutte est aussi notre lutte. Leurs acquis se répercuteront tout de suite sur les nôtres ; nous pouvons nous appuyer sur ce qu’ils ont gagné pour avancer notre propre lutte, et réciproquement. Nous resterons donc toujours avec eux.

A Hiroshima, le 19 février 2010

Bun Hashizume
Shôji Kihara
Toshiki Mashimo

Comments are closed.

このページ内容は世界のヒバクシャはいま提供 → 元記事